La DME est-elle dangereuse ?

par Raphaelle
Bébé mange

La DME (Diversification Menée par l’Enfant) commence à se faire connaître en France. De plus en plus de parents sont séduits par cette approche qui est dans la même lignée que la motricité libre et la parentalité bienveillante. Se mettre dans une posture d’accompagnateur, laisser l’enfant libre de choisir, être à l’écoute de son développement, la DME est en cohérence avec tout cela. 

Malgré cette popularité naissante, beaucoup de médecins sont férocement contre cette méthode et n’hésitent pas à traiter les parents de fous ! Par ignorance, ils pensent que la DME entraine un risque d’étouffement important. 

Alors, la DME peut-elle être une pratique dangereuse ?

Avant de continuer sur le sujet, j’en profite pour te dire que j’ai écrit un article sur les 8 avantages et 3 inconvénients de la DME.

Le risque d’étouffement

D’après des études récentes, on sait qu’il n’y a pas plus de risque d’étouffement en DME qu’avec la diversification traditionnelle où l’on donne de la purée à la cuillère. Il n’y a pas de risque zéro cependant. Le risque existe avec toute nourriture ou petits objets comme certains jouets. Il faut donc faire preuve de vigilance quelle que soit la méthode de diversification.

Savoir ce que disent ces études récentes n’est pas toujours suffisant. La peur de l’étouffement peut être intense chez certains parents. C’est une peur irrationnelle.  L’idée de donner des morceaux à son bébé peut les rendre encore plus anxieux.

Que faire dans ce cas ?  D’une part, rien n’oblige à opter pour la DME. Après tout, si les parents sont angoissés tout le long du repas, ce n’est pas la meilleure méthode pour eux. Leur comportement risque d’être anxiogène pour le bébé et de générer des tensions.  Le repas devrait être un moment de plaisir partagé !

Le meilleur conseil que l’on puisse donner, quel que soit le type de diversification choisi, est de suivre un cours de secourisme. La Croix Rouge en propose qui sont ciblés sur les bébés et enfants. En 1/2 journée on apprend les gestes qui sauvent en cas d’étouffement, mais aussi en cas de perte de conscience et d’hémorragie. L’idéal est de refaire cette formation régulièrement (tous les 2 ans) afin d’entretenir ces connaissances.

Lorsqu’on sait comment réagir en cas de problème on se sent armé et forcément plus serein si le risque d’étouffement nous angoissait auparavant.

Il n’y a donc pas plus de risque d’étouffement avec la DME qu’avec la méthode classique. Cependant, pratiquer la DME nécessite un minimum de formation. 

Se former avant de commencer

A l’inverse des parents angoissés, je croise régulièrement des parents qui ont opté pour la DME sans en connaître ni les prérequis ni les règles de sécurité. Ils se lancent « au feeling » parce qu’ils aiment l’idée de donner une certaine liberté à leur enfant. C’est très bien de se faire confiance et d’être à l’écoute de son enfant, mais dans ce cas je pense qu’il faut se former pour la sécurité de l’enfant. 

Quels sont les prérequis pour démarrer la DME ?

  • Il y a d’abord l’âge minimum de 6 mois. C’est ce que préconise l’OMS car avant cet âge, le tube digestif et les reins ne sont pas assez matures pour gérer la nourriture. D’autre part, le bébé ne produit pas assez de salive, qui est importante pour la digestion et pour aider à la déglutition.
  • Si ton bébé est né prématuré, il faudra attendre l’âge de 6 mois « corrigé ». C’est à dire que s’il est né avec 5 semaines d’avance, il faudra attendre qu’il ait 6 mois et 5 semaines minimum.
  • En termes de motricité, ton bébé doit pouvoir se tenir assis tout seul. Cela ne veut pas dire qu’il sait se mettre en position assise par lui même, mais quand tu le positionnes il doit se tenir bien droit. C’est signe qu’il est assez musclé pour pouvoir expulser un morceau si besoin. Et bien sûr, il est important de pouvoir être droit pour manger. 
    Ton bébé doit également pouvoir tourner la tête de gauche à droite, de bas en haut, et il doit pouvoir porter un objet à sa bouche par lui-même.
  • Il est important de savoir que la DME est adaptée aux bébés qui n’ont pas de problème particulier. En cas de malformation buccale, de frein de langue court, de retard moteur ou de trouble neurologique, la prudence est de mise.

Et si bébé semble prêt avant 6 mois ?

Beaucoup de parents commencent la DME avant 6 mois car leur bébé semble prêt au niveau moteur et montre un fort intérêt pour la nourriture. Il est normal que bébé s’intéresse à ce que tu manges, surtout s’il est avec la famille lors des repas. Un bébé s’intéresse à son environnement, il est curieux de tout, mais cela ne veut pas dire qu’il est prêt au niveau physiologique.

Bien-sûr que tout peut se passer comme sur des roulettes même avant 6 mois, mais pourquoi prendre un risque alors qu’il s’agit d’attendre encore quelques semaines ? On peut faire participer son bébé en le laissant jouer avec une cuillère ou d’autres objets, en l’asseyant sur sa chaise haute par exemple.


Les dangers du « mixte »

Le fait de donner de la nourriture en morceaux en DME stimule l’apprentissage de la mastication. Les bébés à qui le parent donne une purée à la cuillère aura tendance à aspirer sans mastiquer. Plus la texture est fluide, plus on aspire.

Depuis quelques temps il y a un débat sur l’approche « mixte ». De nombreux professionnels de santé qui enseignent la DME certifient qu’on peut faire un mélange entre DME et diversification traditionnelle. Ils avancent des arguments scientifiques sur le développement de moteur de l’enfant qui paraissent incontestables.

L’autre camp est plus prudent et invoque le principe de précaution. Aucune étude à date n’a démontré l’augmentation du risque d’étouffement après avoir donné une texture lisse. Néanmoins, de nombreuses personnes ont constaté que les bébés avaient tendance à aspirer la nourriture. Lorsqu’ils aspirent des morceaux, on peut légitimement craindre le risque d’étouffement. 


De quoi parle-t-on ?

Déjà, le problème de ce débat est qu’on mélange 2 choses :

  • Il y a d’une part la distinction entre morceaux et purée
  • Et d’autre part la distinction entre autonomie et passivité. 

En effet, on oppose morceaux et purée alors qu’en DME la purée est une texture parmi d’autres. Elle n’est pas interdite. En revanche pour la proposer à l’enfant, on doit respecter ces principes :

  • C’est l’enfant qui se nourrit, donc la purée est donnée en cuillère pré-remplie ou tartinée sur un support
  • On évite les textures liquides ou très fluides les premiers temps pour ne pas stimuler l’aspiration. Il faut que la mastication soit acquise (systématique). Un bébé débutant peut en revanche se voir proposer une purée épaisse.

Donc si le débat est de dire qu’on peut donner des purées à son enfant, alors oui, en respectant les règles ci-dessus. Cela reste de la DME.

La philosophie au coeur de la DME est l’autonomie. Le fait de donner à manger à la cuillère à l’enfant n’est donc pas compatible. On ne met jamais de la nourriture dans la bouche de l’enfant. C’est lui qui doit gérer.

Je pense donc que c’est une erreur de préconiser l’approche mixte de manière aussi universelle, sans avoir examiné l’enfant en question pour déterminer s’il y a un risque ou pas.

Pourquoi prendre un tel risque?

Références

Fangupo, L. J., Heath, A-L. M., Williams, S. M., Erickson, L. W., Morison, B. J., Fleming, E. A., Taylor, R. W. (2016). A Baby-Led Approach to Eating Solids and Risk of ChokingPediatrics.

Brown, A. (2017) ‘No difference in self-reported frequency of choking between infants introduced to solid foods using a baby-led weaning or traditional spoon-feeding approach’, Journal of Human Nutrition and Dietetics, DOI: 10.1111/jhn.12528

Photo de Lisa Fotios provenant de Pexels

0 commentaire
0

You may also like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.